Inside Fuel: 17 janvier 2023
Repenser la chaîne d’approvisionnement:
Vol 1 : Bâtir la résilience : Déconstruire les conditions qui façonnent l’instabilité de la chaîne d’approvisionnement
Par : Fuel Transport

L’inefficacité de notre chaîne d’approvisionnement mondiale est un sujet de discussion quotidien pour nous. Il concerne le monde entier, et nous reconnaissons la nécessité d’avoir plus de conversations à ce sujet. Nous allons commencer par vous faire part de quelques idées glanées lors d’une conversation avec notre vice-président du développement commercial, Anthony Perrella, et notre vice-président des opérations, Peter Perrella. Lorsqu’il s’agit de prévenir la prochaine crise de la chaîne d’approvisionnement, il est utile d’examiner ce qui a causé la dernière crise.

Le vouloir aujourd’hui et transactionnel

Une grande partie de la chaîne d’approvisionnement repose sur des relations transactionnelles entre clients, transporteurs et fournisseurs. Les entreprises recherchent les tarifs les plus bas pour atteindre leurs objectifs à court terme, et les transporteurs et fournisseurs fixent leurs prix en conséquence pour obtenir le contrat. Il est compréhensible que tout le monde se préoccupe du résultat net, mais c’est une focalisation étroite sur la rentabilité à court terme qui nous empêche de dégager une plus grande valeur à long terme.

Alors que les prestataires logistiques soumissionnent souvent sur des appels d’offres annuels ou semestriels, nous reconnaissons que, si l’on pense en termes de transaction, la qualité de votre relation dépend du tarif. En tant que fournisseur de services logistiques dont le modèle d’entreprise est fortement axé sur les relations, notre objectif est de passer plus de temps à nous concentrer sur la façon dont nous pouvons devenir plus efficaces pour nos clients ; comment faire plus avec moins ? En soi, cela apporte plus de valeur à la dynamique et moins de coûts pour les activités et les opérations de nos clients, tout en nous permettant de continuer à établir des relations à long terme et de mieux comprendre comment accroître l’efficacité.

Moins de chauffeurs par jour

Les camionneurs représentent 46 % de la main-d’œuvre en logistique et en transport, et l’industrie du transport par camion a le deuxième taux de vacance le plus élevé parmi les industries canadiennes, selon Trucking HR Canada.

L’industrie souffre déjà d’un manque de chauffeurs depuis des années, mais c’est une tendance qui ne semble pas prête de changer. En fait, elle s’aggrave de façon exponentielle, d’année en année. Entre 2019 et 2023, 27 000 conducteurs quitteront leur emploi et 7 200 autres prendront leur retraite, selon l’Enquête sur les postes vacants et les salaires de Statistique Canada. L’American Trucker Association (ATA) indique que la pénurie de conducteurs de camions a atteint un sommet historique en 2021, et que cette pénurie pourrait doubler d’ici 2030.

Les facteurs à l’origine de cette pénurie sont le vieillissement de la main-d’œuvre, les difficultés à attirer les femmes et les jeunes, et un taux élevé de roulement volontaire. Chaque année, un conducteur part à la retraite, ce qui signifie qu’il n’est pas remplacé. L’ATA estime qu’au cours de la prochaine décennie, l’industrie devra recruter près de 1 000 000 de nouveaux conducteurs pour remplacer ceux qui ont pris leur retraite ou quitté leur profession.

Si l’on combine cette baisse d’intérêt pour le métier avec une augmentation de la demande dans toute la chaîne d’approvisionnement, le besoin de chauffeurs est d’autant plus grand. Malgré le manque d’intérêt des jeunes travailleurs, il faut trouver une solution, car sans chauffeurs, tout s’arrête.

Des problèmes sur le point de se produire

Les entreprises qui cherchent à réduire leurs coûts diminuent les demandes de production, ce qui crée une approche “juste à temps”, dans laquelle les produits ne sont créés que lorsqu’ils sont demandés. Cela crée un énorme arriéré de commandes de matériaux, qui entraîne à son tour des retards dans toute la chaîne d’approvisionnement. Nous l’avons constaté dans divers secteurs, notamment l’alimentation et les boissons, ainsi que la pâte à papier et le papier. Malheureusement, cette approche ne s’applique plus et ne fonctionne plus avec les demandes et la chaîne d’approvisionnement d’aujourd’hui. Nous devons plutôt trouver de nouvelles solutions. Nous devons envisager de nouvelles options qui s’alignent sur les nouvelles réalités de la chaîne d’approvisionnement et répondent aux demandes des consommateurs ; s’adapter à de nouvelles façons de faire évoluer le marché pour être en avance sur la chaîne de production, en veillant à ce qu’il y ait suffisamment de produits pour répondre aux besoins des consommateurs.

Une étude menée par Thomas a révélé que 94 % des fabricants interrogés ont cité la “disponibilité” et les “délais” comme étant les facteurs les plus importants lors de la sélection de nouveaux fournisseurs, au lieu de la réponse généralement attendue “prix par unité”. Un répondant a déclaré : “Nous avons besoin de plus de fabricants américains et la chaîne d’approvisionnement doit être renforcée. Le juste-à-temps ne fonctionne pas en période de boom”.

De plus, la majorité de la fabrication se fait encore à l’étranger, ce qui a certainement un impact sur l’efficacité avec laquelle un produit se rend de A à B. Cette dépendance a également vu la congestion généralisée des ports allonger les délais d’exécution plus longtemps que ce que l’industrie a connu, ce qui ajoute aux problèmes de production et d’inventaire. 83 % des fabricants nord-américains sont susceptibles ou extrêmement susceptibles de recourir à la délocalisation (contre 54 % en mars 2020). Et si ces fabricants ne font appel qu’à un seul fournisseur national à contrat unique, ce changement pourrait générer jusqu’à 443 milliards de dollars de valeur économique aux États-Unis.

Cette augmentation de la délocalisation est l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons étendu notre présence dans les entrepôts, y compris notre nouvel entrepôt à Brampton, l’un des plus grands centres logistiques d’Amérique du Nord. Plus nous pouvons rapprocher la production de chez nous, plus nous avons de possibilités d’accroître l’efficacité de façon exponentielle.

Fuel Transport lance d’ambitieux plans d’expansion en faisant l’acquisition d’un entrepôt de 43 millions de dollars à Brampton, en Ontario.

Ne pas savoir ce que l’on ne sait pas

L’inconnu est l’un des principaux responsables des inefficacités de la chaîne d’approvisionnement. Que se passera-t-il un jour ? Les guerres commerciales, les guerres mondiales, l’inflation… toutes ces variables ont un impact sur la chaîne d’approvisionnement, et même avec tous les outils de prévision, nous n’avons pas de boule de cristal pour nous dire ce qui va se passer.

À titre d’exemple, le Wall Street Journal rapporte que l’invasion de l’Ukraine par la Russie coûtera à l’économie mondiale 2,8 billions de dollars en perte de production d’ici la fin de l’année prochaine. Dans ses dernières prévisions, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a indiqué que l’économie mondiale devrait croître de 3 % cette année et de 2,2 % l’année prochaine. Avant la guerre, elle avait prévu une croissance de 4,5 % en 2022 et de 3,2 % en 2023.

Il y a aussi les cycles de la chaîne d’approvisionnement, qui deviennent moins prévisibles. Les tendances que nous avons observées par le passé et qui étaient de nature plus saisonnière, nous les voyons souvent dans des délais plus condensés, montrant plus de volatilité et des fluctuations plus rapides. Selon Bloomberg, les coûts de camionnage ont augmenté de 36 % par rapport à l’année précédente en 2021, en raison de la demande pandémique des consommateurs et de l’engorgement des matériaux et des ports. Comme ces problèmes persistent, une autre augmentation de 30 % est prévue pour le secteur du camionnage en 2022, tandis que les prix à la consommation pourraient augmenter de plus de 10 %.

L’impact des événements mondiaux sur la chaîne d’approvisionnement sera toujours une réalité. La question est de savoir comment se préparer aux variables inattendues et atténuer certaines de ces conséquences généralisées.

Un sentiment d’impuissance (pour l’instant)

Les gens n’ont pas une vision très positive de la chaîne d’approvisionnement. 75 % des entreprises ont ressenti des impacts négatifs ou fortement négatifs sur leurs activités en raison de la perturbation de la chaîne d’approvisionnement, et 82 % des personnes craignent que la chaîne d’approvisionnement ne gâche des projets de vie tels que les anniversaires, les vacances, les fêtes et l’achat d’articles nécessaires.

La chaîne d’approvisionnement a ses problèmes, mais ce qui est encourageant, c’est que la plupart des solutions se résument à une chose : la communication. Mieux nous comprenons les besoins des clients, mieux nous sommes préparés à fournir des capacités stables et fiables. Si nous tous – prestataires de services logistiques, clients, transporteurs, fournisseurs – augmentons la quantité et la fréquence de nos communications, nous pourrions réellement renforcer notre chaîne d’approvisionnement à un niveau jamais atteint auparavant. Nous devons simplement parler davantage, élaborer des stratégies et repenser le fonctionnement de l’ensemble du système.

Restez à l’écoute pour notre prochain épisode de Repenser la chaîne d’approvisionnement : Plus de conversations, plus souvent – l’importance des partenariats à long terme dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement.

Sources:

https://truckinghr.com/wp-content/uploads/2020/03/THRC-Labour-Market-Information-Report_English-version.pdf

https://www.trucking.org/sites/default/files/2021-10/ATA%20Driver%20Shortage%20Report%202021%20Executive%20Summary.FINAL_.pdf

https://www.thomasnet.com/insights/83-of-north-american-manufacturers-are-likely-to-reshore-their-supply-chains-in-2021-report/

https://www.businesswire.com/news/home/20210602005529/en/NEW-REPORT-Reshoring-Could-Drive-443-Billion-in-U.S.-Economic-Value-Over-Next-12-Months

https://www.bloomberg.com/news/newsletters/2021-11-17/supply-chain-latest-trucking-freight-rates-surge-most-in-decades

https://www.supplychainbrain.com/blogs/1-think-tank/post/34225-supply-chain-predictions-covid-climate-change-consolidation-oh-my